La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Escale 1: Coruña (Corogne, Espagne)

Posté le 27/10/2016

 

 

La première étape est terminée. Nous avons quitté le port des Minimes le 25 octobre dès l’aube, à 8h15. L'heure de départ était aussi prévue en fonction de notre heure d’arrivée; le trajet devait prendre 48h à compléter (350 miles nautiques), et nous voulions arriver au port de Coruña au lever du soleil. Aujourd’hui, jeudi 27 octobre, nous écrivons en direct de la Marina Coruña, à Corogne (Espagne). Il est déjà 22h. Nous avons pris le temps de récupérer, car le Golfe de Gascogne était bien demandant hier soir…

25 octobre (mardi)

Le départ s’est fait à 8h15, quelques minutes après le lever du soleil. La majorité de l’équipage était debout déjà bien avant… Nous étions prêts. Chacun à son poste, nous avons largué les amarres. Il y avait un brouillard épais (d’advection) dès l’aube qui a duré jusqu’à 13h. Le vent était à 10 nœuds et venait par derrière. Seulement la grande voile était levée. Nous avons tranquillement laissé le port des Minimes s’éloigner derrière nous, pour finalement dépasser l’île d’Oléron... Enfin, nous voilà dans le périlleux Golfe de Gascogne!

 

Pour Chloé et Christopher, ce matin là, le café se prend à la proue, avec une vue sur l'épais brouillard. Pour Chloé et Christopher, ce matin là, le café se prend à la proue, avec une vue sur l'épais brouillard.

 

Le Golfe, à première vue, était très calme. Loin de ce que nous avions entendu du Golfe de Gascogne. Lorsque nous étions encore en zone côtière, disons de 9h à midi, nous avons croisé quelques bateaux de pêche, qui parfois n’apparaissaient pas au radar. Il fallait être vigilent et avoir l’œil bien aiguisé. Autrement, de très longues vagues d’à peine 1 mètre de hauteur. Un petit vent. La mer nous a donné un joli cadeau d’arrivée, et nous a laissé le temps de s’amariner.

 Les deux Capitaines (France et Luc) et le skipper (Bernard Lamonde) du Lucia 40 des 4 Voiles pour la Traversée de l'océan Atlantique (2016)! Les deux Capitaines (France et Luc) et le skipper (Bernard Lamonde) du Lucia 40 des 4 Voiles pour la Traversée de l'océan Atlantique (2016)!

 

Ce n’est pas tout, car le 25 octobre marquait aussi la fête d’anniversaire d’un membre de l’équipage, France Gaucher. Des groupes de dauphins sont venus nager deux fois avec le catamaran. Christopher Leduc (producteur de CL Productions sur place jusqu’en début novembre) a même plongé une caméra et croqué de magnifiques images. En regardant le vidéo, nous avons remarqué non seulement les dauphins qui nageaient et s’amusaient, mais aussi un banc de méduses dans lequel nous passons au travers. Un contenu magique. Au courant de la journée, nous avons aussi vu un espadon, un aileron de requin et un oiseau-mouche (…que faisais-tu ici toi?) Ceci est sans mentionner les quarts de nuits, où nous avons eu la chance d'observer une voie lactée immense sous un ciel clair, un croissant de lune rouge-orange et enfin, des algues phosphorescentes allumer dans la mer noire. De magnifiques surprises des fonds marins. Une belle première sur la mer que nous n'oublierons jamais.

 

 

26 octobre (mercredi)

Lever du soleil sur dans la mer de Gascogne.  Lever du soleil sur dans la mer de Gascogne.

 

Une journée très calme dans son ensemble. Du soleil toute la journée, une température qui frôle les 18°C. Le vent est bon et nous sommes tous confortables sur l’eau. La mer est encore plus calme qu’hier; aucun bateau de la journée. Même pas de petits poissons pour nous tenir compagnie. Nous en avons profité pour lever les deux voiles, bien que nous ayons réduit la grande voile à 6h30 avant que l’obscurité tombe. On laisse seulement le genois parce qu’on prévoit des vents beaucoup plus importants en fin de soirée et aux petites heures du matin. Pour le moment, les prévisions météo se présentent exactement comme annoncé, et nous attendons des vents de 20 à 25 kn (nœuds).

Puis, les quarts de nuit commencent; c’est Luc qui ouvre le bal tout de suite après le souper. En attendant, le reste de l’équipage s’endort. On veut tous être préparés aux vents qui arrivent. Comme prévu, ils augmentent en fin de soirée. Luc enregistre des vents de 20 à 25 kn.

27 octobre (jeudi)

Bernard prend le relais vers minuit, et connaît des conditions semblables. La girouette ne savait plus où donner de la tête! Chloé et France ont commencé le troisième quart aux petites heures du matin, vers 3h. Avec l’augmentation des vents, des vagues de 2 mètres ont eu le temps de se former. Elles étaient beaucoup plus courtes qu’hier. Le catamaran les esquivait une par une avec grande classe. Les vents ont atteint 32 kn, un record pour le catamaran des 4 Voiles, qui est allé jusqu’à 12 kn! Bernard, qui sommeille toujours d’un œil à l’extérieur, est venu se joindre à la barre. Nous avons rentré le genois, et avons décidé de suivre les côtes espagnoles de plus près, là où nous sommes supposé être protégé du vent.

Belle surprise; à 6h du matin, lorsque les vents sont retombés et que les vagues étaient plus calmes, un petit groupe dauphin est venu se joindre à nous. Ça réchauffe le cœur de les voir s’amuser dans la pénombre!

Enfin, on voit les côtes.. et elles sont plus que belles!Enfin, on voit les côtes.. et elles sont plus que belles!

Comme prévu, nous sommes arrivés à Corogne en matinée. Le lever du soleil était remarquable, juste derrière les côtes espagnoles. Les côtes présentaient tantôt un relief aux falaises escarpées et aux petites montagnes, tantôt des plages et plateaux sur lesquels on pouvait voir mille petites lumières orangées, signe d’une civilisation, d’une ville, de Corogne. Avec l'aube, nous avons vu une vingtaine de petits bateaux de pêcheurs s'installer dans la baie tranquille.

Notre arrivée en Espagne commence en mouillant l'ancre dans une baie! On se détend et profite de la température qui nous a joué des tours la nuit dernière! Notre arrivée en Espagne commence en mouillant l'ancre dans une baie! On se détend et profite de la température qui nous a joué des tours la nuit dernière!

 

La journée était chaude, nous avons rapidement troqué les manteaux et pantalons de pluie ainsi que les nombreuses couches de polar contre la liberté des t-shirt et des shorts! Nous sommes maintenant au port de Coruña, et restons au moins jusqu’à demain. Peut-être nous partirons rapidement pour Lisbonne (Portugal), qui est notre prochaine escale. Ou peut-être pas; tout dépend de cette chère météo!

 

 

Enregistrer

Enregistrer